Le temps de l’Avent

Classé dans : Uncategorized | 0

Le mot “Avent” vient du latin “adventus” qui veut dire arrivée, venue. Par ce mot, l’Église désigne le temps pendant lequel les chrétiens attendent la venue du Christ qui est fêtée à Noël. L’Avent débute quatre dimanches avant Noël.  Cette année, il commence le 29 novembre…/…

Le Seigneur vient

Attente, patience et espérance nous tiennent durant le temps de l’Avent, le cœur et les yeux rivés vers un avenir plein d’espérance. Pour tenir jusqu’au bout, nous rappelle l’évangile du premier dimanche de l’Avent, il faut veiller.
Attendre car le Seigneur vient, il vient soulager le poids de nos vies parfois cabossées et traversées par des inquiétudes de toutes sortes.
Patienter à la manière d’une femme qui attend patiemment le moment de mettre au monde son enfant qu’elle porte. Marie notre Mère nous donne le sauveur par son oui au projet rédempteur de Dieu.
Espérer car un avenir joyeux est au bout du chemin. Celui qui ne cesse de venir et de frapper à notre porte nous dit qu’il est « le chemin, la vérité et la vie » (Jn 14, 6).
Alors pourquoi baisser les bras ? Veille, il compte sur toi, tu peux compter sur lui. Fais résonner en toi cette parole de saint Paul aux chrétiens de Rome « rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus Christ notre Seigneur » (Rm 8,39). Le temps de l’Avent nous prépare à accueillir cet amour infini incarné en Jésus.
Préparons nos cœurs et veillons donc.
Bon temps de l’Avent !
Père Emmanuel BIDZOGO

Méditations à partir des Evangiles du temps de l’Avent

Méditation du 2ème dimanche de l’Avent ; cliquez ici

Méditation du 1er dimanche de l’Avent :  cliquez ici


Message de notre évêque , Mgr Pansard , pour l’Avent :

Frères et sœurs bien aimés de Dieu,

Comment et dans quel contexte allons-nous vivre Noël ? Comment allons-nous vivre demain ? Nul ne le sait aujourd’hui. Ce sera autrement que lors des années précédentes.

Ce que nous vivrons demain dépend de la manière dont nous vivons l’aujourd’hui de nos vies, dans un contexte marqué par bien des inquiétudes et des ombres sanitaires, économiques, sociales et écologiques.

Ce temps de l’Avent, de la venue, de l’avènement du Seigneur qui commence aujourd’hui, nous est donné pour raviver notre Espérance qui peut connaître des coups de froid.

Pour être des hommes et des femmes d’Espérance nous sommes invités à regarder dans deux directions :

  • Vers ce qui est encore à venir de la part de Dieu. Car aujourd’hui encore, le Seigneur se donne au cœur des événements complexes, obscurs et difficiles de l’histoire et de la vie du monde pour orienter notre marche vers une monde nouveau et une terre nouvelle : « nous attendons sa venue dans la gloire ». Bel antidote pour ne pas nous laisser enfermer dans le piège de la fatalité et de la résignation. Car notre vie ne se limite pas à naître, grandir, travailler, servir, découvrir, jouir, puis s’affaiblir, se réduire avant de disparaître. Notre vie est faite de rencontres, chaque fois uniques, qui anticipent pour nous la grande rencontre finale, l’union intime et éternelle avec Dieu et, en lui, l’unité du genre humain (LG 1).
  • Vers le passé, vers Noël car Dieu s’est déjà engagé pour nous dans l’histoire, en tenant promesse et en appelant notre propre engagement. Nos crèches avec tous ces personnages que nous allons commencer à mettre en place dans nos maisons ou nos églises, nous font comme toucher du doigt cet événement unique et extraordinaire qui a changé le cours de l’Histoire.

Nous sommes aussi invités, à cause de l’Évangile, à vivre des attitudes qui nous aident à être des hommes et des femmes d’Espérance.

  1. Ne pas oublier la promesse de Dieu car lui le premier, veille sur nous et il est fidèle Celui qui nous appelle à vivre en communion avec son Fils (1 Co 1, 9). À cause de cela, relever la tête pour voir plus loin que l’immédiat qui prend toute la place.
  2. Veillez ! (Mc 13, 37) Soyez vigilant pour éviter l’endormissement ou l’affadissement ! Si nous connaissons bien les défauts, les fragilités et les fissures des vases d’argile que nous sommes, nous pouvons toujours accueillir et partager le trésor de Dieu qui déploie sa puissance en nous quand nous essayons de le vivre humblement.

Chers amis, je vous souhaite de vivre ce temps de l’Avent à l’image du peuple immense de ceux qui l’ont cherché et espéré et d’être à Noël comme les santons, ces personnages de la vie de tous les jours si divers et si ordinaires qui nous ressemblent tant, qui se hâtent avec joie et confiance vers Jésus qui vient de naître.

Bon Avent

Michel Pansard
Évêque d’Évry-Corbeil-Essonnes
le 23 novembre 2020